Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de kika christian

Le blog de kika christian

salut la famille je me presente je suis kika christian boggeur francophone de la ville de Goma, bienvenu dans mon univer des bloggeurs de la planette, je suis un type très cool et sympas, j'aime tout le monde, je traite des articles de pointes, voici mon e-mail: bchris108@gmail.com,phone: +243899298593


Faute d'accord, la conférence sur le climat de Varsovie joue les prolongations après des longues discussions

Publié par chris sur 24 Novembre 2013, 17:36pm

Catégories : #Ecologie et énvironement

     

 

 

 

Les négociations sont complexes, à Varsovie, forçant les négociateurs à prolonger leurs discussions.

 

 

 

Les négociations sur le climat, à Varsovie, auraient dû se terminer vendredi 22 novembre. Faute d'accord, les discussions se poursuivent, samedi au matin, pour tenter d'arracher un accord posant les bases de la prochaine conférence sur le climat qui se tiendra à Paris, en 2015.

ceracuse 0016"Je ne forcerai pas d'accord contre l'avis des différentes parties", a promis samedi matin le ministre polonais de l'environnement, Marcin Korolec, qui préside la conférence. Une réunion doit se tenir à 9 heures pour faire le point sur les négociations.

Plusieurs ONG de défense du climat, qui avaient envoyé 800 observateurs à la conférence, ont quitté cette dernière jeudi 21 novembre pour protester contre le blocage des négociations.

Lire (édition abonnés) : Exaspérées, les ONG claquent la porte de la conférence de Varsovie sur le climat

LA FEUILLE DE ROUTE VERS 2015 CONTESTÉE

Trois textes ont été débattus pendant la nuit : celui qui doit ouvrir la voie vers la conférence de Paris, en 2015, est âprement disputé. Plusieurs pays en développement, notamment la Chine et l'Inde, ont fait part de leur réticences, exigeant notamment que les pays industrialisés et les pays en développement soient traités différemment dans l'accord sur les réductions des émissions de gaz à effet de serre prévu dans deux ans.

Les deux autres textes – celui sur l'aide financière aux pays du Sud et la création d'un mécanisme portant sur les "pertes et dommages" subis par ces derniers à cause du réchauffement – sont "finalisés", a précisé un membre d'une ONG américaine, même si leur adoption dépend encore d'un accord global.

"TOUT CE QU'ON A, CE SONT DES CACAHUÈTES"

Les pays en développement insistaient pour avoir des assurances sur la mobilisation des 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020 promis par les pays riches. Le texte proposé se contente d'exhorter "les pays développés à continuer à mobiliser de l'argent public, à des niveaux supérieurs" à ceux de l'aide d'urgence décidée à Copenhague en 2009 pour 2010-2012, soit 10 milliards de dollars par an.

"Cette conférence devait être la conférence des finances", a déclaré à l'Agence France-Presse le négociateur du Bangladesh, Qamrul

Climat : les promesses de Copenhague ne sont pas tenues

Varsovie, le 19 novembre.

Les pays pollueurs ne tiennent pas leurs engagements de réduction d'émissions de CO2 pris en 2009 lors du sommet des Nations unies sur le climat à Copenhague. Les politiques actuelles déployées par les vingt-quatre plus gros pays pollueurs conduisent à un réchauffement de 3,7°C d'ici à 2100, selon le bilan publié mercredi 20 novembre par Climate Action Tracker, à Varsovie en marge de la 19e conférence de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Ce chiffre est très loin du seuil de 2°C que ce sont fixés les gouvernements dans le cadre des négociations climatiques mais il s'éloigne aussi des engagements pris à Copenhague. Bien qu'insuffisants, ils devaient contenir le réchauffement à 3,1°C. "Il y a un risque sérieux de spirale vers le bas. Certains gouvernements renient complètement leurs engagements. D'autres ne retiennent plus que la fourchette basse des objectifs qu'ils s'étaient fixés", s'est inquiété Niklas Höhne, un des porte-parole de ce réseau d'instituts scientifiques spécialisé dans l'évaluation des politiques climatiques.

FUKUSHIMA ET TAXATION CARBONE

Les deux exemples les plus frappants sont le Japon et l'Australie. Le premier a annoncé que ses émissions de CO2 augmenteraient de 3,8 % d'ici à 2020 après avoir promis de les réduire de 25 %. "L'accident de Fukushima ne peut justifier ce changement. Nous avons calculé que remplacer toutes les centrales nucléaires par des centrales à charbon, n'expliquerait qu'un tiers de ce nouvel objectif", a expliqué M. Höhne.

L'Australie, en abandonnant son système de taxation du carbone, ne sera pas non plus en mesure, selon Climate Action Tracker de tenir ses engagements.

Regarder la carte interactive sur les impacts du réchauffement climatique

 

Carte des risques liés au réchauffement climatique

L'UNION EUROPEENNE SUR LA BONNE TRAJECTOIRE

En dépit des signaux positifs envoyés ces derniers mois par la Chine et les Etats-Unis, l'évaluation publiée mercredi montrent cependant que les deux plus gros pollueurs de la planète devront faire davantage pour respecter leurs objectifs. Les Etats-Unis ont promis de réduire leurs émissions de 17 % par rapport à 2005 et la Chine de réduire le contenu en carbone de sa croissance de 40 à 45 % d'ici à 2020.

L'Union européenne se trouve sur la bonne trajectoire pour atteindre la réduction de 20% de ses émissions d'ici à 2020 mais ajoute Carbon Action Tracker, elle ne pourra se contenter des politiques actuelles et devra faire des efforts importants si elle veut parvenir à réduire de 80 % ses émissions d'ici à 2050. L'Inde, le Brésil et la Norvège font également partie des rares pays à être classés parmi les bons élèves.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents